L'hébreu biblique
Le blog de Haïm Ouizemann

Haftarat Shémot, la promesse de Liberté

וַיִּקְחוּ בְנֵי-אַהֲרֹן נָדָב וַאֲבִיהוּא אִישׁ מַחְתָּתוֹ וַיִּ

« La liberté est l’unique droit originel revenant à chaque homme en vertu de son humanité » (Emmanuel Kant).

En ce shabbat Shémot[1], trois passages prophétiques différents sont lus selon que l’on se rattache à la tradition ashkénaze, séfarade, ou yéménite. Ces trois communautés lisent respectivement un passage extrait du livre d’Isaïe[2], un autre du livre de Jérémie[3] et un troisième tiré du livre d’Ezéchiel[4].

Nous étudierons en ce shabbat Shémot, la haftarah selon le rite ashkénaze[5].

L’Eternel, par la voix de son prophète, console son peuple de l’exil qui l’attend en Assyrie et à Babylone. Le texte débute par l’annonce de la réalisation de la promesse faite à Moïse :

ו הַבָּאִים יַשְׁרֵשׁ יַעֲקֹב יָצִיץ וּפָרַח יִשְׂרָאֵל וּמָלְאוּ פְנֵי-תֵבֵל תְּנוּבָה. (ישעיהו כז: ו).ש6 Aux temps futurs, Jacob s’enracinera, Israël donnera des bourgeons et fleurira, et ils couvriront de fruits la surface du globe. (Isaïe 27 : 6).

Cette promesse est annoncée dans la parashat Shémot:

יז וָאֹמַר אַעֲלֶה אֶתְכֶם מֵעֳנִי מִצְרַיִם אֶל-אֶרֶץ הַכְּנַעֲנִי וְהַחִתִּי וְהָאֱמֹרִי וְהַפְּרִזִּי וְהַחִוִּי וְהַיְבוּסִי אֶל-אֶרֶץ זָבַת חָלָב וּדְבָשׁ. (שמות ג: יז).ש17 et j’ai résolu de vous faire monter, du servage de l’Égypte, vers le territoire du Cananéen, du Héthéen, de l’Amorréen, du Phérézéen, du Hévéen et du Jébuséen, vers une contrée ruisselante de lait et de miel.’ (Exode 3 : 17).

Puis le prophète Isaïe s’insurge contre la corruption de l’élite d’Israël. Le terme « HOYהוֹי/ , malheur » ne laisse rien présager de bon :

א הוֹי עֲטֶרֶת גֵּאוּת שִׁכֹּרֵי אֶפְרַיִם וְצִיץ נֹבֵל צְבִי תִפְאַרְתּוֹ אֲשֶׁר עַל-רֹאשׁ גֵּיא-שְׁמָנִים הֲלוּמֵי יָיִן. (ישעיהו כח: א).ש1 Malheur, couronne orgueilleuse des buveurs ivres d’Ephraïm, diadème [« bourgeon »] fané, bijou de sa gloire, qui orne les têtes d’huiles parfumées, étourdies par le vin ! (Isaïe 28 : 1)

Ce verset fait référence aux princes, à l’aristocratie du royaume du Nord qui s’enorgueillissent de leur richesse et de leurs palais. Amos, lui aussi, s’élève contre le royaume du Nord qui, fondant sa puissance sur sa seule richesse matérielle au détriment des plus pauvres (Amos 6 : 6), est appelé à s’effondrer. En effet, la puissance assyrienne écrase et fait disparaître le royaume d’Israël (Royaume du Nord). Si les dix tribus d’Israël sont décimées pour la plupart et déportées, l’Eternel promet leur retour à Jérusalem :

יג וְהָיָה בַּיּוֹם הַהוּא יִתָּקַע בְּשׁוֹפָר גָּדוֹל וּבָאוּ הָאֹבְדִים בְּאֶרֶץ אַשּׁוּר וְהַנִּדָּחִים בְּאֶרֶץ מִצְרָיִם וְהִשְׁתַּחֲווּ לַיהוָה בְּהַר הַקֹּדֶשׁ בִּירוּשָׁלִָם. (ישעיהו כז: יג).ש13 En ce jour résonnera le grand cor (shophar) ; alors arriveront ceux qui étaient perdus dans le pays d’Achour, relégués dans la terre d’Egypte, et ils se prosterneront devant l’Eternel, sur la montagne sainte, à Jérusalem. (Isaïe 27 : 13).

Puis Isaïe se tourne vers le royaume du Sud, le royaume de Yehouda (Juda) :

ז וְגַם-אֵלֶּה בַּיַּיִן שָׁגוּ וּבַשֵּׁכָר תָּעוּ כֹּהֵן וְנָבִיא שָׁגוּ בַשֵּׁכָר נִבְלְעוּ מִן-הַיַּיִן תָּעוּ מִן-הַשֵּׁכָר שָׁגוּ בָּרֹאֶה פָּקוּ פְּלִילִיָּה. (ישעיהו כח: ז).ש7 Et eux aussi sont trompés par le vin, égarés par la boisson ; prêtre et prophète sont trompés à cause de l’eau-de-vie, ils sont absorbés par la liqueur, ils sont trompés par le voyant et ils vacillent dans leurs jugements. (Isaïe 28 : 7).

Le royaume de Juda, refusant de tirer les leçons passées qui conduisirent à la désintégration du royaume du Nord, va lui aussi vaciller et s’effondrer.

Les deux royaumes d’Israël et de Juda commettent deux grandes erreurs fatales à l’origine de leur perte. D’une part, ils veulent conclure des alliances avec de grandes puissances étrangères pour assurer leur sécurité intérieure et d’autre part, ils prennent pour modèle l’Egypte antique, la grande puissance de l’époque, dont l’économie est basée sur l’esclavage :

יא וַיָּשִׂימוּ עָלָיו שָׂרֵי מִסִּים לְמַעַן עַנֹּתוֹ בְּסִבְלֹתָם וַיִּבֶן עָרֵי מִסְכְּנוֹת לְפַרְעֹה אֶת-פִּתֹם וְאֶת-רַעַמְסֵס. (שמות א: יא).ש11 Et l’on imposa à ce peuple des officiers de corvée pour l’accabler de labeurs et il bâtit pour Pharaon des villes d’approvisionnement, Pithom et Ra’amssès. (Exode 1 : 11).

Toutes les grandes puissances qui, à l’image de l’Egypte, fondent leur pouvoir économique sur l’esclavage, sont inexorablement vouées à l’effondrement. Isaïe annonce la disparition des grands empires, l’Assyrie, Babylone, Aram et L’Egypte :

יב וְהָיָה בַּיּוֹם הַהוּא יַחְבֹּט יְהוָה מִשִּׁבֹּלֶת הַנָּהָר עַד-נַחַל מִצְרָיִם וְאַתֶּם תְּלֻקְּטוּ לְאַחַד אֶחָד בְּנֵי יִשְׂרָאֵל. (ישעיהו כז: יב).ש12 Et il adviendra en ce jour que l’Eternel fera un abatis [de fruits], depuis les flots de l’Euphrate jusqu’au torrent d’Egypte ; mais vous, enfants d’Israël, vous serez recueillis un à un. (Isaïe 27 : 12).
כ כִּי-אָפֵס עָרִיץ וְכָלָה לֵץ וְנִכְרְתוּ כָּל-שֹׁקְדֵי אָוֶן. (ישעיהו כט: כ).ש20 Car c’en sera fini des tyrans, les railleurs disparaîtront et tous les fauteurs d’iniquités seront anéantis (Isaïe 29 : 20).

Rappelons que le XXe siècle est celui qui voit naître la notion moderne d’autodétermination, du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Les puissances mondiales et les empires comme la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Union soviétique et bien d’autres encore finissent par s’effriter et disparaître, non sans laisser de profondes cicatrices dans les pays anciennement gouvernés.

Pourquoi les Sages d’Israël, au lieu de poursuivre naturellement la lecture de la haftarah au-delà du verset 13 du chapitre 28 du livre d’Isaïe achèvent-ils cette dernière par les versets 22 et 23 du chapitre 29 ?

כב לָכֵן כֹּה-אָמַר יְהוָה אֶל-בֵּית יַעֲקֹב אֲשֶׁר פָּדָה אֶת-אַבְרָהָם לֹא-עַתָּה יֵבוֹשׁ יַעֲקֹב וְלֹא עַתָּה פָּנָיו יֶחֱוָרוּ. כג כִּי בִרְאֹתוֹ יְלָדָיו מַעֲשֵׂה יָדַי בְּקִרְבּוֹ יַקְדִּישׁוּ שְׁמִי וְהִקְדִּישׁוּ אֶת-קְדוֹשׁ יַעֲקֹב וְאֶת-אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל יַעֲרִיצוּ. (ישעיהו כט: כב-כג).ש22 C’est pourquoi, ainsi parle l’Eternel à la maison de Jacob, qui libéra Abraham : Désormais, Jacob ne sera plus mortifié, désormais son visage ne pâlira plus. 23 Car, lorsque ses enfants la verront, l’œuvre de mes mains au milieu de lui, ils sanctifieront mon nom ; ils sanctifieront le Saint de Jacob et exalteront le Seigneur d’Israël. (Isaïe 29 : 22-23).

Les Sages d’Israël aspirent à révéler non seulement l’amour de l’Eternel mais également la fidélité de la maison d’Israël à poursuivre l’œuvre du premier Patriarche Avraham. Finalement, notre haftarah s’achève sur le modèle du début, sur le ton de l’espoir et de la renaissance nationale.

L’Eternel, malgré l’épreuve de l’exil et de la souffrance endurés par son peuple, console son fils aîné, Israël. L’Eternel embrasse et entoure son peuple de son infinie Miséricorde. Comment pourrait-Il, Lui l’Eternel, détruire ceux-là même qui, esclaves en Egypte, le supplient de mettre fin à leur souffrance et auxquels Il répond :

כג וַיְהִי בַיָּמִים הָרַבִּים הָהֵם וַיָּמָת מֶלֶךְ מִצְרַיִם וַיֵּאָנְחוּ בְנֵי-יִשְׂרָאֵל מִן-הָעֲבֹדָה וַיִּזְעָקוּ וַתַּעַל שַׁוְעָתָם אֶל-הָאֱלֹהִים מִן-הָעֲבֹדָה. כד וַיִּשְׁמַע אֱלֹהִים אֶת-נַאֲקָתָם וַיִּזְכֹּר אֱלֹהִים אֶת-בְּרִיתוֹ אֶת-אַבְרָהָם אֶת-יִצְחָק וְאֶת-יַעֲקֹב. (שמות ב: כב-כג).ש23 Et il advint, en ces longs jours, que le roi d’Égypte mourut. Les enfants d’Israël gémirent du sein de l’esclavage et se lamentèrent ; leur plainte monta vers le Seigneur du sein de l’esclavage. 24 Et le Seigneur entendit leurs soupirs et il se ressouvint de son Alliance avec Abraham, avec Isaac, avec Jacob. (Exode 2 : 23 -24).

L’Eternel frapperait-il son peuple comme il le fit pour ses ennemis ?

ז הַכְּמַכַּת מַכֵּהוּ הִכָּהוּ אִם-כְּהֶרֶג הֲרֻגָיו הֹרָג. ח בְּסַאסְּאָה בְּשַׁלְחָהּ תְּרִיבֶנָּה הָגָה בְּרוּחוֹ הַקָּשָׁה בְּיוֹם קָדִים. (ישעיהו כז: ז-ח).ש7 Le Seigneur les a-t-il frappés comme il frappa leurs agresseurs ? Ont-ils été tués comme furent tués ceux qui furent tués par lui ? 8 C’est avec modération, en le congédiant, que tu as querellé ce peuple, il a réfléchi en son esprit tourmenté au jour d’antan. (Isaïe 27 : 7-8).

Les exils d’Egypte, d’Assyrie et de Babylone ne sont plus dans la Mémoire collective que des parenthèses dans la longue marche que fut celle d’Israël vers sa difficile liberté. Le narratif de l’annonce de l’exil encadré par les paroles de consolation (Isaïe 27 : 6 ; 29 : 22-23) a pour dessein de rappeler que l’Eternel n’a jamais pensé détruire son peuple mais plutôt le guider par amour.

Si le prophète Isaïe use d’une langue difficile et complexe à la compréhension c’est pour mieux porter le souffle de la Liberté qui relèvera le peuple d’Israël de sa déchéance temporaire. Celui-ci recouvrant sa terre ancestrale, Erets Israël, est appelé, selon les paroles du prophète, à « couvrir de fruits la surface du globe » (Isaïe 27 : 6) et, ce faisant, à accomplir la promesse divine faite à Avraham d’être une bénédiction pour toutes les Familles de la Terre (Genèse 12 : 2).

Alors que la parashat Shémot relate l’humiliante aliénation des fils d’Israël en Egypte, du futur peuple d’Israël abandonné de tous, la haftarat Shémot, quant à elle, insuffle dans le cœur de la nation hébraïque un nouvel espoir, l’espoir d’une Liberté recherchée depuis plus de 2000 ans.

La haftarat Shémot inverse le sens de l’Histoire. Ainsi, s’il s’avère que la parashat Shémot relate l’esclavage des fils d’Israël soumis au temps cyclique de l’Egypte, la haftarat Shémot annonce la libération totale de la nation d’Israël du joug temporel des nations du monde :

א וְאֵלֶּה שְׁמוֹת בְּנֵי יִשְׂרָאֵל הַבָּאִים מִצְרָיְמָה אֵת יַעֲקֹב אִישׁ וּבֵיתוֹ בָּאוּ. (שמות א: א).ש1 Voici les noms des fils d’Israël, qui viennent en Égypte ; ils y accompagnèrent Jacob, chacun avec sa famille (Exode 1 : 1).
ו הַבָּאִים יַשְׁרֵשׁ יַעֲקֹב יָצִיץ וּפָרַח יִשְׂרָאֵל וּמָלְאוּ פְנֵי-תֵבֵל תְּנוּבָה. (ישעיהו כז: ו)ש6 Aux temps futurs [aux jours qui viennent], Jacob étendra s’enracinera, Israël donnera des bourgeons et fleurira, et ils couvriront de fruits la surface du globe. (Isaïe 27 : 6).

Israël, un petit pays pour une grande nation, ne cesse aujourd’hui, après la Shoah, d’émerveiller le monde par sa faculté prodigieuse d’apporter des solutions visant au bien-être de l’Humanité. Isaïe l’avait déjà inscrit dans sa vision !

[1] Parashat Shemot : Exode 1 : 1-6 : 1.

[2]  Isaïe 27 : 6- 28 : 13 ; 29 : 22-23.

[3] Jérémie 1 : 1 – 2 : 3,

[4] Ezéchiel 16 : 1- 14.

[5] La haftarah Shemot selon le rite séfarade (Jérémie 1 : 1 – 2 : 3) est également lue au shabbat de la parashat Mattot (livre des Nombres). Nous y reviendrons.

Shabbat shalom !
[email protected]
Avec toutes mes amitiés,
Haïm Ouizemann
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Rejoignez les 562 autres abonnés

Quelques mots sur moi

J’ai plus de 30 ans d’expérience dans l’étude et l’enseignement de la Bible. Il n’y a pas de limite à ce que la Bible prodigue comme connaissance et inspiration pour la vie.
A propos…

Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Rejoignez les 562 autres abonnés

Archives