L'hébreu biblique
Le blog de Haïm Ouizemann

Haftarat VaEra, la fin des tyrans

וַיִּקְחוּ בְנֵי-אַהֲרֹן נָדָב וַאֲבִיהוּא אִישׁ מַחְתָּתוֹ וַיִּ

« La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique » (Blaise Pascal, 1623-1662)

L’Egypte antique représente dans la conscience collective d’Israël, depuis Moïse jusqu’au roi Sédécias (Tsidkiahou צִדְקִיָּהוּ/), le paradigme de l’esclavage, de la puissance et de la tyrannie. Ce paradigme est si important que les Sages d’Israël y consacrent deux haftarot celle d’aujourd’hui [1], s’inspirant du prophète Ezéchiel[2] ainsi que celle qui sera lue la semaine prochaine[3] à partir des prophètes Jérémie ou Isaïe.

La puissance de Pharaon, en l’occurrence Khephren[4] / חָפְרַע (Jérémie 44 : 30), se reflète à travers la vision qu’il porte sur lui-même :

ג דַּבֵּר וְאָמַרְתָּ כֹּה-אָמַר אֲדֹנָי יְהוִה הִנְנִי עָלֶיךָ פַּרְעֹה מֶלֶךְ-מִצְרַיִם הַתַּנִּים הַגָּדוֹל הָרֹבֵץ בְּתוֹךְ יְאֹרָיו אֲשֶׁר אָמַר לִי יְאֹרִי וַאֲנִי עֲשִׂיתִנִי. (יחזקאל כט: ג).  ש3 Prononce ces paroles : Ainsi parle le Seigneur l’Eternel : Voici, je m’en prends à toi, Pharaon, roi d’Egypte, grand crocodile, couché au milieu de tes fleuves, toi qui dis : « Mon fleuve est à moi, c’est moi qui me le suis fait ! » (Ezéchiel 29 : 3).

 La source biblique fait référence à l’un des dieux fondamentaux du panthéon égyptien, à savoir le dieu Sobek auquel s’identifie Pharaon. Sobek, représenté par une tête de crocodile sur un corps d’homme, symbolise la fécondité du Nil et la puissance armée. Ce dieu possédait également, selon la religion égyptienne antique, une force apotropaïque c’est-à-dire la faculté magique de repousser les forces maléfiques. Le premier des dix fléaux d’Egypte, le fléau des eaux du Nil transmuées en sang, a pour dessein de frapper non seulement la source principale de l’économie égyptienne mais surtout de révéler la puissance de l’Eternel face à la tyrannie pharaonique basant son illusoire force sur le crocodile dont la demeure est dans les eaux du Nil.

L’Eternel annonce dans notre haftarah vouloir mettre un terme à l’orgueil de l’Egypte ainsi que de ses vassaux :

ד וְנָתַתִּי חחיים (חַחִים) בִּלְחָיֶיךָ וְהִדְבַּקְתִּי דְגַת-יְאֹרֶיךָ בְּקַשְׂקְשֹׂתֶיךָ וְהַעֲלִיתִיךָ מִתּוֹךְ יְאֹרֶיךָ וְאֵת כָּל-דְּגַת יְאֹרֶיךָ בְּקַשְׂקְשֹׂתֶיךָ תִּדְבָּק. (יחזקאל כט: ד).ש4 Je passerai des crochets à tes mâchoires, je collerai à tes écailles les poissons de tes fleuves Nil. Je te tirerai du milieu de tes fleuves Nil, et tous les poissons de tes fleuves Nil adhéreront à tes écailles. (Ezéchiel 29 : 4).

Nous retrouvons là la symbolique du « grand crocodile » du Nil, surnom du Pharaon (Ezéchiel 29 : 3), et en même temps, l’assurance d’écraser l’un des dieux d’Egypte, le dieu «protecteur » du Pharaon, lui-même considéré comme un demi-dieu.  

יב וְנָתַתִּי אֶת-אֶרֶץ מִצְרַיִם שְׁמָמָה בְּתוֹךְ אֲרָצוֹת נְשַׁמּוֹת וְעָרֶיהָ בְּתוֹךְ עָרִים מָחֳרָבוֹת תִּהְיֶיןָ שְׁמָמָה אַרְבָּעִים שָׁנָה וַהֲפִצֹתִי אֶת-מִצְרַיִם בַּגּוֹיִם וְזֵרִיתִים בָּאֲרָצוֹת. (יחזקאל כט : יב).  ש12 Et Je [Moi l’Eternel] rendrai le pays d’Egypte désolé entre les pays désolés, et ses villes, parmi les villes ruinées, seront une solitude durant quarante années ; je disperserai les Egyptiens parmi les peuples, je les disséminerai dans les pays. (Ezéchiel 29 : 12).

L’on remarque que l’avenir promis à l’Egypte est le parallèle inversé de l’avenir des Hébreux sortant d’Egypte : d’abord quarante années de solitude dans le désert puis la dispersion, quand les Hébreux, dispersés en Egypte, ont subi quarante années de solitude dans le désert avant d’entrer en Pays d’Israël. Ainsi, de la même manière que l’Egypte asservit Israël (Parashat VaEra), les Egyptiens tomberont à leur tour sous le joug de l’esclavage et un exil de quarante ans, avant de retrouver leur mère patrie, tout cela pour briser leur orgueil.

יד וְשַׁבְתִּי אֶת-שְׁבוּת מִצְרַיִם וַהֲשִׁבֹתִי אֹתָם אֶרֶץ פַּתְרוֹס עַל-אֶרֶץ מְכוּרָתָם וְהָיוּ שָׁם מַמְלָכָה שְׁפָלָה. טו מִן-הַמַּמְלָכוֹת תִּהְיֶה שְׁפָלָה וְלֹא-תִתְנַשֵּׂא עוֹד עַל-הַגּוֹיִם וְהִמְעַטְתִּים לְבִלְתִּי רְדוֹת בַּגּוֹיִם. (יחזקאל כט: יג:יד).ש14 Puis Je ramènerai les captifs égyptiens et je les rétablirai sur la terre de Pathros, leur pays d’origine ; mais ils n’y formeront qu’un humble royaume. 15 Plus que les [autres] royaumes, il sera humilié, et il ne s’élèvera plus au-dessus des peuples. Je veux les diminuer pour qu’ils ne tyrannisent plus les peuples. (Ezéchiel 29 : 13-14).

Ainsi, le dieu Sobek, l’homme à tête de crocodile, sera détruit et le crocodile, symbole pharaonique, restera à jamais dans ses demeures du Nil, car il aura perdu sa puissance éphémère et toutes ses richesses qui faisaient sa gloire :

יט לָכֵן כֹּה אָמַר אֲדֹנָי יְהוִה הִנְנִי נֹתֵן לִנְבוּכַדְרֶאצַּר מֶלֶךְ-בָּבֶל אֶת-אֶרֶץ מִצְרָיִם וְנָשָׂא הֲמֹנָהּ וְשָׁלַל שְׁלָלָהּ וּבָזַז בִּזָּהּ וְהָיְתָה שָׂכָר לְחֵילוֹ. (יחזקאל כט: יט).ש19 Donc, ainsi parle le Seigneur l’Eternel voici, je vais livrer à Nabuchodonosor, roi de Babylone, le pays d’Egypte, pour qu’il puisse en emporter les richesses, en prendre le butin et le mettre au pillage : ce sera le salaire de son armée. (Ezéchiel 29 : 19).

Alors que la parashat VaEra décrit la puissance de l’Eternel usant des forces de la Nature pour frapper l’Egypte, la haftarat VaEra, quant à elle, annonce la chute de l’Egypte par la puissance rivale, Babylone. L’Eternel est à la fois le Maître absolu de la Nature dont Il est le Créateur exclusif et le Maître absolu de l’Histoire. Les grandes puissances demeurent fragiles face à l’Eternel ! Elles naissent, s’épanouissent et finissent par décliner. La puissance babylonienne sera elle-même frappée par la puissance de l’empire perse conduit par Cyrus le Grand. En effet, à travers l’Histoire humaine, c’est une lutte contre le culte étranger que l’Eternel mène :

יב  וּבְכָל-אֱלֹהֵי מִצְרַיִם אֶעֱשֶׂה שְׁפָטִים אֲנִי יְהוָה. (שמות יב: יב).ש12 Et je ferai justice de toutes les divinités de l’Égypte, moi l’Éternel ! (Exode 12 : 12).

Puis la haftarah fait état du revirement diplomatique et politique du roi de Juda, Sédécias. Après avoir, au Nom de l’Eternel, fait allégeance au roi de Babylone, Nabuchodonosor, Sédécias se tourne vers l’Egypte afin de se libérer du joug babylonien.

Comment un peuple ayant été esclave en Egypte peut-il s’appuyer sur cette puissance ? Les fils d’Israël, frappés d’amnésie, n’auraient-ils point tiré les leçons de leur grande Histoire relatée dans notre parashah, au cours de laquelle Moïse et son frère Aaron s’adressent à Pharaon siégeant du haut de son trône ?

כו וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-מֹשֶׁה בֹּא אֶל-פַּרְעֹה וְאָמַרְתָּ אֵלָיו כֹּה אָמַר יְהוָה שַׁלַּח אֶת-עַמִּי וְיַעַבְדֻנִי (שמות ז: כו).ש26 Alors l’Éternel dit à Moïse : « Rends-toi chez Pharaon et tu lui diras : ‘Renvoie mon peuple, qu’il puisse me rendre un culte. (Exode 7 : 26).

Ezéchiel appelle le roi Sédécias à rester fidèle à Nabuchodonosor et s’insurge contre ce retour vers l’Egypte, la Maison de l’esclavage /בֵּית עֲבָדִים

ו וְיָדְעוּ כָּל-יֹשְׁבֵי מִצְרַיִם כִּי אֲנִי יְהוָה יַעַן הֱיוֹתָם מִשְׁעֶנֶת קָנֶה לְבֵית יִשְׂרָאֵל. (יחזקאל כט: ו).ש6 Et tous les habitants d’Egypte sauront alors que c’est moi l’Eternel, parce qu’ils avaient été un appui de roseau à la maison d’Israël. (Ezéchiel 29 : 6).

L’Egypte antique, comparée à un faible roseau, est vouée à la disparition[5]. Finalement, non seulement Sédécias échoue dans sa tentative de rejoindre le camp égyptien et sera déporté par Nabuchodonosor, mais il s’avère de surcroît être le principal responsable de la chute de Jérusalem (Jérémie 7 : 8).

La haftarah mentionne deux dates importantes lors desquelles Ezéchiel prophétise sur l’avenir d’Israël :

א בַּשָּׁנָה הָעֲשִׂרִית בָּעֲשִׂרִי בִּשְׁנֵים עָשָׂר לַחֹדֶשׁ הָיָה דְבַר-יְהוָה אֵלַי לֵאמֹר. (יחזקאל כט: א).ש1 Dans la dixième année, le dixième mois, le douze du mois, la parole de l’Eternel me fut adressée en ces termes : (Ezéchiel 29 : 1).

Cette date annonce le début de la chute de Jérusalem (-587) relatée dans le livre des Rois (II Rois 25 : 1), le dixième mois étant le mois de Tevet au cours duquel Nabuchodonosor entreprend la première brèche dans la muraille de Jérusalem (II Rois 25 : 4).

La seconde date est :

יז וַיְהִי בְּעֶשְׂרִים וָשֶׁבַע שָׁנָה בָּרִאשׁוֹן בְּאֶחָד לַחֹדֶשׁ הָיָה דְבַר-יְהוָה אֵלַי לֵאמֹר (יחזקאל כט: יז).ש17 Et il advint, dans la vingt-septième année, le premier du premier mois, que la parole de l’Eternel me fut adressée en ces termes (Ezéchiel 29 : 17).

Cette date (- 575) renvoie à la prophétie d’Ezéchiel, douze ans après l’exil de Yoyachin (Joachin) יוֹיָכִין / Yehoyakhin יְהוֹיָכִין, à savoir la chute de Jérusalem et l’effondrement du Premier Temple. Ezéchiel annonce, après la chute de l’Egypte, la renaissance du royaume de Juda par Joachin. En effet, après la chute de Babylone, Cyrus le Grand permet à Israël de retourner à Jérusalem pour y reconstruire le Temple. C’est Zorobabel, fils de Schealthiel, lui-même petit-fils de Joachin qui participe à l’immense œuvre de reconstruction (Ezra 3 : 8).

Sur le modèle de l’extrait prophétique de la semaine dernière (Haftarat Shemot), la haftarat VaEra s’achève (Ezéchiel 29 : 21) comme elle débute (Ezéchiel 29 : 1) par l’espoir d’une renaissance nationale politique et spirituelle.

Quel est le but de cette renaissance nationale ?

La chute de l’Egypte et la renaissance nationale d’Israël ont pour dessein de conduire l’ensemble du genre humain à glorifier le Nom de l’Eternel et à le reconnaître comme le Libérateur de son peuple :

כה כֹּה-אָמַר אֲדֹנָי יְהוִה, בְּקַבְּצִי אֶת-בֵּית יִשְׂרָאֵל מִן-הָעַמִּים אֲשֶׁר נָפֹצוּ בָם וְנִקְדַּשְׁתִּי בָם לְעֵינֵי הַגּוֹיִם וְיָשְׁבוּ עַל-אַדְמָתָם אֲשֶׁר נָתַתִּי לְעַבְדִּי לְיַעֲקֹב (יחזקאל כח: כה).ש25 Ainsi parle le Seigneur l’Eternel : « Quand je rassemblerai la maison d’Israël d’entre les peuples chez qui ils ont été dispersés, je me sanctifierai par eux aux yeux des nations, et ils demeureront sur le territoire que j’ai donné à mon serviteur Jacob. (Ezéchiel 28 : 25).

Ce passage concentre en son sein d’autres versets qui reviennent comme un leitmotiv aussi bien dans la haftarah que la parashah :

כד וְלֹא-יִהְיֶה עוֹד לְבֵית יִשְׂרָאֵל סִלּוֹן מַמְאִיר וְקוֹץ מַכְאִב מִכֹּל סְבִיבֹתָם הַשָּׁאטִים אוֹתָם וְיָדְעוּ כִּי אֲנִי אֲדֹנָי יְהוִה.  (יחזקאל כח: כד. ראה: יחזקאל כח: כו; כט: ו;ט;טז;כא).ש24 Et il n’y aura plus pour la maison d’Israël de ronce cuisante ni d’épine douloureuse parmi tous ses voisins d’alentour qui le traitent avec mépris, et on saura que je suis le Seigneur l’Eternel. (Ezéchiel 28 : 24 ; Voir : Ezéchiel 28 : 26 ; 29 : 6 ; 9 ; 16 ; 21).

Dans la parashat VaEra, il est écrit :

ה וְיָדְעוּ מִצְרַיִם כִּי-אֲנִי יְהוָה בִּנְטֹתִי אֶת-יָדִי עַל-מִצְרָיִם וְהוֹצֵאתִי אֶת-בְּנֵי-יִשְׂרָאֵל מִתּוֹכָם. (שמות ז: ה).ש5 Et les Égyptiens reconnaîtront que je suis l’Éternel, lorsque j’étendrai ma main sur eux et que je ferai sortir du milieu d’eux les enfants d’Israël. » (Exode 7 : 5).

La liberté des fils d’Israël constitue désormais le paradigme de la Liberté de tous les hommes.

[1] Ezéchiel 28 : 25 – 29 : 21 – Parashat Vaera : Shemot 6 : 2-9 : 35.

[2]  Ezéchiel 28 : 25 – 29 : 21 – Selon la Tradition yéménite la lecture de la haftarah débute 28 : 24.

[3]  Haftarat Bo : Jérémie 46 : 13–28. Selon la Tradition yéménite : Isaïe 19 : 1–25.

[4] Le Pharaon Khephren est celui qui fit construire le Grand Sphinx d’Egypte.

[5]  «עַתָּה הִנֵּה בָטַחְתָּ לְּךָ עַל-מִשְׁעֶנֶת הַקָּנֶה הָרָצוּץ הַזֶּה, עַל-מִצְרַיִם, tu espères prendre pour soutien ce roseau brisé, l’Egypte» (II Rois 18 : 21).

Shabbat shalom !
[email protected]
Avec toutes mes amitiés,
Haïm Ouizemann
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Rejoignez les 527 autres abonnés

Quelques mots sur moi

J’ai plus de 30 ans d’expérience dans l’étude et l’enseignement de la Bible. Il n’y a pas de limite à ce que la Bible prodigue comme connaissance et inspiration pour la vie.
A propos…

Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Rejoignez les 527 autres abonnés

Archives