L'hébreu biblique
Le blog de Haïm Ouizemann

Haftarat VéZot HaBérakha, Ultime hommage à Moïse

וַיִּקְחוּ בְנֵי-אַהֲרֹן נָדָב וַאֲבִיהוּא אִישׁ מַחְתָּתוֹ וַיִּ

«Eh bien, je ne sais pas ce qui va arriver maintenant. Mais peu m’importe ce qui va m’arriver maintenant, car je suis allé jusqu’au sommet de la montagne. Comme tout le monde, je voudrais vivre longtemps. Mais je ne m’en soucie guère maintenant. Je veux simplement que la volonté de Dieu soit faite. Et il m’a permis d’atteindre le sommet de la montagne. J’ai regardé autour de moi. Et j’ai vu la Terre promise. Il se peut que je n’y pénètre pas avec vous. Mais je veux vous faire savoir, ce soir, que notre peuple atteindra la Terre promise. Ainsi je suis heureux, ce soir. Je ne m’inquiète de rien. Je ne crains aucun homme. » (Extrait du dernier discours de Martin Luther King, « j’ai été sur la montagne et j’ai vu la terre promise »[1], 3 avril 1968, veille de son assassinat) 

La parashat VéZot HaBérakha[2], la dernière des péricopes clôturant la Torah, est, contrairement aux autres péricopes hebdomadaires, la seule à être lue un jour de semaine, si le jour de Sim’hat Torah tombe un jour de semaine, auquel cas elle n’est pas lue le Shabbat. En effet, la lecture de la parashat VéZot HaBérakha coïncide avec Sim’hat Torah, la fête commémorant la Joie de la Torah et de son étude. Elle est complétée par la lecture consécutive du premier chapitre de la Genèse, sur la Création du monde. Pourquoi est-il significatif que, aussitôt que la lecture de la Torah se termine, on recommence immédiatement avec le premier chapitre de la Torah ? De fait, la dernière lettre de la Torah termine le mot « כָּל-יִשְׂרָאֵל », tandis que la première lettre du livre de Genèse est tirée du mot « בְּרֵאשִׁית », formant le mot « לֵב, cœur ».

La haftarat VéZot HaBérakha, le premier chapitre du livre de Josué ouvrant le livre des Prophètes, s’inscrit explicitement dans la continuité naturelle de la parashat VéZot HaBérakha. En effet, Josué, le successeur de Moïse, le plus grand des prophètes qu’ait jamais connu le peuple d’Israël (Deutéronome 34 : 10), est celui par le biais duquel s’accomplit la promesse faite à Moïse avant qu’il rende l’âme. 

L’Eternel s’adresse à Moïse :

ד וַיֹּאמֶר יְהוָה אֵלָיו זֹאת הָאָרֶץ אֲשֶׁר נִשְׁבַּעְתִּי לְאַבְרָהָם לְיִצְחָק וּלְיַעֲקֹב לֵאמֹר לְזַרְעֲךָ אֶתְּנֶנָּה הֶרְאִיתִיךָ בְעֵינֶיךָ וְשָׁמָּה לֹא תַעֲבֹר. ה וַיָּמָת שָׁם מֹשֶׁה עֶבֶד-יְהוָה בְּאֶרֶץ מוֹאָב עַל-פִּי יְהוָה. (דברים לד: ד-ה)4 Et l’Éternel lui dit : “C’est là le pays que j’ai promis par serment à Abraham, à Isaac et à Jacob, en disant : je le donnerai à votre postérité. Je te l’ai fait voir de tes yeux, mais tu n’y entreras point.” 5 Et c’est donc là que mourut Moïse, le serviteur de l’Éternel, dans le pays de Moab, sur l’ordre du Seigneur. (Deutéronome 34 : 4-5).

L’Eternel s’adresse à Josué :

א וַיְהִי אַחֲרֵי מוֹת מֹשֶׁה עֶבֶד יְהוָה וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-יְהוֹשֻׁעַ בִּן-נוּן מְשָׁרֵת מֹשֶׁה לֵאמֹר. ב מֹשֶׁה עַבְדִּי מֵת וְעַתָּה קוּם עֲבֹר אֶת-הַיַּרְדֵּן הַזֶּה אַתָּה וְכָל-הָעָם הַזֶּה אֶל-הָאָרֶץ אֲשֶׁר אָנֹכִי נֹתֵן לָהֶם לִבְנֵי יִשְׂרָאֵל. ג כָּל-מָקוֹם אֲשֶׁר תִּדְרֹךְ כַּף-רַגְלְכֶם בּוֹ לָכֶם נְתַתִּיו כַּאֲשֶׁר דִּבַּרְתִּי אֶל-מֹשֶׁה. (יהושע א: א-ג)1 Après la mort de Moïse, serviteur de l’Eternel, l’Eternel parla ainsi à Josué, fils de Noun, serviteur de Moïse : 2 “Mon serviteur Moïse est mort. Maintenant, lève-toi et passe le Jourdain avec tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’Israël. 3 Tout lieu que foulera la plante de votre pied, je vous le donne, ainsi que je l’ai déclaré à Moïse. (Josué 1 : 1-3).

Une lecture approfondie du texte de la haftarah selon le rite ashkénaze révèle que le nom de Moïse est cité onze fois, nombre exact se retrouvant dans la parashah du même nom, alors que celui de Josué n’y apparaît que quatre fois.

De plus, alors que Moïse est dénommé « עֶבֶד יְהוָה/ EVeD ADoNaY, le serviteur de l’Eternel » (Deutéronome 34 : 15 ; Josué 1 : 1), Josué son successeur est appelé « מְשָׁרֵת מֹשֶׁה/ MeShaRett Moshé, le serviteur de Moïse » (Josué 1 : 1). Josué, successeur de Moïse après la mort de ce dernier, demeure fidèle au message et à la personne de son maître (Nombres 11 : 28) auquel il doit son élection :

לח יְהוֹשֻׁעַ בִּן-נוּן הָעֹמֵד לְפָנֶיךָ, הוּא יָבֹא שָׁמָּה אֹתוֹ חַזֵּק כִּי-הוּא יַנְחִלֶנָּה אֶת-יִשְׂרָאֵל. (דברים א: לח)38 Josué, fils de Noun, qui est à ton service, c’est lui qui doit y entrer : affermis son courage, car c’est lui qui en donnera possession à Israël. (Deutéronome 1 : 38).

L’Eternel écoute Moïse et, ce faisant, renforce le nouveau berger d’Israël, Josué, qui semble ressentir la plus grande peine à succéder au géant Moïse. A quatre reprises figure l’expression « חֲזַק וֶאֱמָץ/ HaZak VeEMaTs- sois fort et courageux » :

ו חֲזַק וֶאֱמָץ כִּי אַתָּה תַּנְחִיל אֶת-הָעָם הַזֶּה אֶת-הָאָרֶץ אֲשֶׁר-נִשְׁבַּעְתִּי לַאֲבוֹתָם לָתֵת לָהֶם. (יהושע א: ו-ז; ט; יח)6 Sois ferme et vaillant ! Car c’est toi qui vas mettre ce peuple en possession du pays que j’ai juré à ses ancêtres de lui donner. (Josué 1 : 6-7 ; 9 ; 18).

La grandeur de Moïse se mesure à sa claire et puissante vision du futur. Non seulement Moïse s’inquiète de sa succession de son vivant mais aussi du souffle divin nécessaire à son successeur Josué (Nombres 27 : 16-20) qui, pour mener à bien sa mission, à savoir conduire à la pleine et entière réalisation du Don de la Terre d’Israël et ce contre vents et marées, se doit d’être sans cesse encouragé par la Providence de l’Eternel.

ט …כִּי עִמְּךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ בְּכֹל אֲשֶׁר תֵּלֵךְ. (יהושע א: ט; יז)9 … Car l’Eternel, ton Seigneur, sera avec toi dans toutes tes voies. (Josué 1 : 9 ; 17).

Moïse, certes, a disparu mais sa mémoire subsiste à jamais pour les générations futures qui, s’inspirant du plus grand des prophètes, trouveront l’inspiration et l’énergie pour poursuivre l’œuvre historique et spirituelle de celui qui implora, en vain, l’Eternel pour entrer en terre promise, Erets Israël, afin d’y méditer la Torah offerte au mont Sinaï :

ח לֹא-יָמוּשׁ סֵפֶר הַתּוֹרָה הַזֶּה מִפִּיךָ וְהָגִיתָ בּוֹ יוֹמָם וָלַיְלָה, לְמַעַן תִּשְׁמֹר לַעֲשׂוֹת כְּכָל-הַכָּתוּב בּוֹ כִּי-אָז תַּצְלִיחַ אֶת-דְּרָכֶךָ וְאָז תַּשְׂכִּיל. (יהושע א: ח)8 Ce livre de la Torah ne doit pas quitter ta bouche, tu le méditeras jour et nuit afin d’en observer avec soin tout ce qui y est inscrit ; car alors seulement tu réussiras dans tes voies, alors seulement tu comprendras. (Josué 1 : 8).

La Torah constitue le cœur et l’âme du peuple hébreu pris dans son intégralité et ses diverses composantes. La joie de Sim’hat Torah se fonde sur l’unité de la communauté d’Israël, unité qui fut la condition nécessaire au Don de la Torah :

ב וַיִּסְעוּ מֵרְפִידִים, וַיָּבֹאוּ מִדְבַּר סִינַי וַיַּחֲנוּ בַּמִּדְבָּר וַיִּחַן-שָׁם יִשְׂרָאֵל נֶגֶד הָהָר. (שמות יט: ב)2 Partis de Refidim, ils entrèrent dans le désert de Sinaï et y campèrent, Israël y campa en face de la montagne. (Exode 19 : 2).

Pourquoi dans ce même verset le verbe « וַיַּחֲנוּ , ils campèrent » figure d’abord au pluriel, puis au singulier : «וַיִּחַן, il campa » ? Rashi explique :

«יִּחַן שָׁם יִשְׂרָאֵל: כְּאִישׁ אֶחָד בְּלֵב אֶחָד אֲבָל שְׁאָר כָּל הַחֲנִיּוֹת בְּתַרְעוֹמוֹת וּבְמַחֲלוֹקֶת:»

« Israël y campa : Comme un seul homme, d’un seul cœur [d’où l’emploi du singulier], tandis que les autres étapes ont eu lieu dans des récriminations et des querelles. »

ד תּוֹרָה צִוָּה-לָנוּ מֹשֶׁה מוֹרָשָׁה קְהִלַּת יַעֲקֹב. (דברים לג: ד)4 “C’est pour nous qu’il ordonna la Torah à Moïse ; elle restera l’héritage de la communauté de Jacob.” (Deutéronome 33 : 4).

[1]  “I’ve Been to the Mountaintop”

[2] Parashat VéZot HaBérakha: Deutéronome 33 : 1-34 : 12 ; Deuxième livre : Genèse 1 : 1-2 : 3 ; Troisième livre (sixième jour de Soukkot) : Nombres 29 : 29-31. Haftarat VéZot HaBérakha, rite ashkénaze : Josué 1 : 1-18 ; rite séfarade : Josué 1 : 1-9. On a aussi coutume de lire le livre de l’Ecclésiaste.

Hag Sim’hat Torah Samea’h !

Haïm Ouizemann

Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Rejoignez les 598 autres abonnés

Quelques mots sur moi

J’ai plus de 30 ans d’expérience dans l’étude et l’enseignement de la Bible. Il n’y a pas de limite à ce que la Bible prodigue comme connaissance et inspiration pour la vie.
A propos…

Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Rejoignez les 598 autres abonnés

Archives