L'hébreu biblique
Le blog de Haïm Ouizemann

Parashot Mattot- Massei, Israël, une terre de solidarité

וַיִּקְחוּ בְנֵי-אַהֲרֹן נָדָב וַאֲבִיהוּא אִישׁ מַחְתָּתוֹ וַיִּ

Les deux parashot Mattot et Massei[1] viennent conclure le livre des Nombres, BeMidbar. Nous y retrouvons le décompte des fils d’Israël selon leur tribu d’appartenance respective. Moïse accompagné des Hébreux s’approche du Jourdain dans les plaines de Moab (Nombres 36 : 13). La Terre promise, Erets Israël n’est plus très loin.

C’est alors que les enfants des tribus de Gad et de Reuven, après quarante ans de tribulation dans les déserts de l’exil, s’adressant à Moïse, lui avouent progressivement leur peu d’intérêt à entrer en Terre promise, leur préférence allant pour les terres fertiles et grasses situées au-delà du Jourdain (Nombres 32 : 3-4) :

ה וַיֹּאמְרוּ אִם-מָצָאנוּ חֵן בְּעֵינֶיךָ יֻתַּן אֶת-הָאָרֶץ הַזֹּאת לַעֲבָדֶיךָ לַאֲחֻזָּה אַל-תַּעֲבִרֵנוּ אֶת-הַיַּרְדֵּן. (במדבר לב: ה)5 Et ils dirent : Si nous avons trouvé grâce à tes yeux, que ce pays soit donné en propriété à tes serviteurs. Ne nous fais point passer le Jourdain. (Nombres 32 : 5).

Quelle raison essentielle pourrait-elle expliquer ce refus d’entrer en Terre promise en vertu de l’Alliance conclue avec les trois Patriarches d’Israël ?

Le texte biblique évoque premièrement l’espace étendu pour élever leur nombreux bétail :

א וּמִקְנֶה רַב הָיָה לִבְנֵי רְאוּבֵן וְלִבְנֵי-גָד עָצוּם מְאֹד וַיִּרְאוּ אֶת-אֶרֶץ יַעְזֵר וְאֶת-אֶרֶץ גִּלְעָד וְהִנֵּה הַמָּקוֹם מְקוֹם מִקְנֶה. (במדבר לב: א)1 Or, les enfants de Reuven et ceux de Gad possédaient de nombreux troupeaux, très considérables. Lorsqu’ils virent le pays de Yazer et celui de Galaad, ils trouvèrent cette contrée spacieuse pour le bétail. (Nombres 32 : 1).

Puis, il fait allusion à la richesse et à l’abondance de la terre qui vient d’être conquise, mais qui maintenant, conquiert le cœur des bergers : 

ד הָאָרֶץ אֲשֶׁר הִכָּה יְהוָה לִפְנֵי עֲדַת יִשְׂרָאֵל, אֶרֶץ מִקְנֶה הִוא וְלַעֲבָדֶיךָ מִקְנֶה. (במדבר לב: ד)4 ce pays, que l’Éternel a frappé devant la communauté d’Israël, est un pays propice au bétail ; et tes serviteurs ont du bétail. (Nombres 32 : 4).

Enfin, ayant constaté que le pays possédait suffisamment d’espace et de végétation pour développer leurs troupeaux de petit bétail, les tribus de Gad et Reuven en arrivent à l’objet principal de leur requête : s’établir durablement dans cette région, ce qui implique que leurs femmes et leurs enfants n’entreront jamais dans le Pays d’Israël, et qu’eux-mêmes, après avoir guerroyé aux côtés des neuf tribus et demie restantes, ressortiront du Pays sans s’y établir : 

טז וַיִּגְּשׁוּ אֵלָיו וַיֹּאמְרוּ גִּדְרֹת צֹאן נִבְנֶה לְמִקְנֵנוּ פֹּה וְעָרִים לְטַפֵּנוּ. (במדבר לב: טז)16 Alors ils s’approchèrent de Moïse et dirent : “Nous voulons construire ici des enclos à brebis pour notre bétail, et des villes pour nos enfants. (Nombres 32 : 16).

L’attitude des tribus de Gad et de Reuven, qui n’est point sans rappeler celle de Lot, le neveu du Patriarche Avraham (Genèse 13 : 10-11), est immédiatement critiquée et rejetée par Moïse :

ו וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה לִבְנֵי-גָד וְלִבְנֵי רְאוּבֵן הַאַחֵיכֶם יָבֹאוּ לַמִּלְחָמָה וְאַתֶּם תֵּשְׁבוּ פֹה. ז וְלָמָּה תנואון (תְנִיאוּן), אֶת-לֵב בְּנֵי יִשְׂרָאֵל–מֵעֲבֹר אֶל-הָאָרֶץ אֲשֶׁר-נָתַן לָהֶם יְהוָה. (במדבר לב: ו-ז)6 Moïse répondit aux enfants de Gad et à ceux de Ruben : “Quoi ! Vos frères iraient au combat, et vous demeureriez ici ! 7 Pourquoi voulez-vous décourager les enfants d’Israël de marcher vers le pays que leur a donné l’Éternel ? (Nombres 32 : 6-7).

Moïse n’hésite pas à comparer ce manque de solidarité provenant de Gad et de Reuven à la médisance des dix explorateurs qui n’hésitent pas à décourager et à dissuader l’ensemble de leurs frères hébreux d’entrer en Terre promise :

ח כֹּה עָשׂוּ אֲבֹתֵיכֶם בְּשָׁלְחִי אֹתָם מִקָּדֵשׁ בַּרְנֵעַ לִרְאוֹת אֶת-הָאָרֶץ. ט וַיַּעֲלוּ עַד-נַחַל אֶשְׁכּוֹל, וַיִּרְאוּ אֶת-הָאָרֶץ וַיָּנִיאוּ אֶת-לֵב בְּנֵי יִשְׂרָאֵל לְבִלְתִּי-בֹא אֶל-הָאָרֶץ אֲשֶׁר-נָתַן לָהֶם יְהוָה… יד וְהִנֵּה קַמְתֶּם, תַּחַת אֲבֹתֵיכֶם תַּרְבּוּת, אֲנָשִׁים חַטָּאִים:  לִסְפּוֹת עוֹד, עַל חֲרוֹן אַף-יְהוָה אֶל-יִשְׂרָאֵל. (במדבר לב: ח-ט; יד)8 Ainsi firent vos pères, alors que je les envoyai de Kadêch-Barnéa pour voir le pays. 9 Et ils montèrent jusqu’à la vallée d’Echkol et ils virent le pays ; puis ils découragèrent les enfants d’Israël de se rendre au pays que leur avait donné l’Éternel… Et voici que vous vous êtes levés à la place de vos pères, hommes de péché, pour ajouter encore à la colère de l’Eternel contre Israël ! (Nombres 32 : 8-9 ; 14).

Et alors même que les tribus de Gad et de Reuven ne pressentent aucune gêne à mettre en exergue la protection de leurs troupeaux, leur intérêt économique et matériel avant même l’avenir de leurs propres enfants, à savoir leur éducation (Nombres 32 : 16), Moïse corrige leurs propos en inversant l’ordre de priorité :

כד בְּנוּ-לָכֶם עָרִים לְטַפְּכֶם וּגְדֵרֹת לְצֹנַאֲכֶם וְהַיֹּצֵא מִפִּיכֶם תַּעֲשׂוּ. (במדבר לב: כד)24 Construisez donc des villes pour vos enfants et des enclos pour vos brebis, et soyez fidèles à votre parole !” (Nombres 32 : 24).

A cela, les enfants des tribus de Gad et de Reuven répondent par l’affirmative et vont accepter de se joindre aux efforts de guerre :

כו טַפֵּנוּ נָשֵׁינוּ מִקְנֵנוּ וְכָל-בְּהֶמְתֵּנוּ יִהְיוּ-שָׁם בְּעָרֵי הַגִּלְעָד. כז וַעֲבָדֶיךָ יַעַבְרוּ כָּל-חֲלוּץ צָבָא לִפְנֵי יְהוָה לַמִּלְחָמָה כַּאֲשֶׁר אֲדֹנִי דֹּבֵר. (במדבר לב: כו-כז)26 Nos enfants, nos femmes, nos troupeaux et tout notre bétail seront là-bas dans les villes de Gil’ad, 27 et tes serviteurs, tous ceux qui peuvent s’armer pour la guerre, marcheront au combat devant l’Éternel, comme le dit mon seigneur.” (Nombres 32 : 26-27).

C’est ce qui se réalisera lors de la conquête du Pays d’Israël par Josué :

ב וַיַּעַבְרוּ בְּנֵי-רְאוּבֵן וּבְנֵי-גָד וַחֲצִי שֵׁבֶט הַמְנַשֶּׁה חֲמֻשִׁים לִפְנֵי בְּנֵי יִשְׂרָאֵל כַּאֲשֶׁר דִּבֶּר אֲלֵיהֶם מֹשֶׁה. (יהושע ד: יב)12 Et les tribus de Ruben et de Gad, et la demi-tribu de Ménasshé, marchèrent en armes à l’avant-garde des enfants d’Israël, comme Moïse le leur avait dit. (Josué 4 : 12).

Ce passage biblique n’est point sans faire penser à tous les volontaires hommes et femmes de toutes les communautés juives dans le monde, venus du monde entier et plus particulièrement de France pour défendre le jeune Etat d’Israël en 1967, alors gravement menacé de disparition par les armées arabes toutes liguées contre lui. Un élan collectif sioniste très fort sans précédent vient de naître en France qui jusqu’aujourd’hui continue de vivre et de vibrer dans le cœur de nombreux Juifs français.

Lorsqu’éclate, en 1973, la Guerre de Kippour, le chanteur Leonard Cohen, qui se trouve alors avec sa compagne Suzanne Valentina Elrod et leur fils Adam sur l’ile grecque d’Ydra, décide de tout quitter afin de rejoindre ses frères israéliens et leur apporter sa solidarité. Il écrit alors son chant devenu célèbre « Lover, Lover, Lover » dont il supprimera définitivement cette strophe :

 “I went down to the desert
To help my brothers children fight
I know that they weren’t wrong
I know that they weren’t right
But bones must stand up straight and walk
And blood must move around
And men go making ugly lines
around the holy ground”

“je suis descendu dans le désert

Pour aider mes frères enfants à se battre

Je sais qu’ils n’avaient pas tort

Je sais qu’ils n’avaient pas raison

Mais les os doivent se tenir droits et marcher

Et le sang doit circuler

Et les hommes font de vilaines lignes

Autour de la terre sainte”

Leonard Cohen dans la version originale introduit le terme « frères » – ses frères Juifs israéliens menacés de disparition – puis le barre, le remplaçant par « enfants » afin de donner une dimension plus universelle au chant.

ש «כָּל יִשְׂרָאֵל עֲרֵבִים זֶה בְּזֶה» (תלמוד בבלי, מסכת סנהדרין כז, ב)

« Tous les fils d’Israël sont solidaires les uns des autres ! » (Talmud de Babylone, Traité Sanhedrin 27 : b).

« Lover, Lover, Lover »

Leonard Cohen explique en introduction que ce chant fut composé pour les Egyptiens et les Israéliens, contredisant son intention première qui fut celle de venir aider ses frères juifs en pleine guerre de Kippour.


[1] Parashot Mattot-Massei : Nombres 30 : 2-36 : 18.

Shabbat shalom !

Haïm Ouizemann

Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Rejoignez les 804 autres abonnés

Quelques mots sur moi

J’ai plus de 30 ans d’expérience dans l’étude et l’enseignement de la Bible. Il n’y a pas de limite à ce que la Bible prodigue comme connaissance et inspiration pour la vie.
A propos…

Souscription au Blog par Email

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.
Rejoignez les 804 autres abonnés

Archives